Le Verger: Blog de la Pomme Verte

La mémoire, ça s’entraîne! Des astuces pour aider votre enfant

4 décembre 2017, par Granny Smith Fêtes
Crédit:aidersonenfant.com

Dynamique, travailleuse et créative, je travaille fort à récolter des sites web dans mon verger toute la journée et à écrire des articles comme celui-ci.

Apprendre ses mots de vocabulaire, mémoriser des formules mathématiques ou réciter une fable.. Voilà autant d’exemples où la mémoire est sollicitée. Apprendre par cœur : un défi pour bien des jeunes!

Heureusement, on peut développer notre mémoire en s’entraînant tous les jours. Voici quelques astuces pour aider votre enfant.

  1. Les 3 systèmes de mémoire : court terme, de travail et long terme
    • La mémoire à court terme : c’est la “petite” mémoire qui permet de stocker des informations temporairement. On ne peut maintenir dans la mémoire à court terme que + ou – 7 éléments à la fois. La mémoire à court terme est très sensible aux distractions et à l’anxiété.
    • La mémoire de travail : cette mémoire garde les données présentes à l’esprit, la mémoire de travail les traite (analyse, compréhension, association avec d’autres idées…). Elle est comme une “usine de traitement” ou un “centre de digestion”. Voir Conseils pour renforcer la mémoire de travail de votre enfant.
    • La mémoire à long terme : fais référence à l’information qui peut être maintenue dans le temps et récupérée par la suite. L’information qui entre dans la mémoire à court terme, et qui est maintenue dans le temps grâce à un bon fonctionnement de la mémoire de travail, passe ensuite dans le système de mémoire à long terme et laisse une trace mnésique (un souvenir). La mémoire à long terme stocke, enregistre, classe et organise les connaissances, les savoirs, les compétences, les souvenirs et toute notre histoire.
  2. Comprendre pour apprendre
    Impossible de se rappeler quelque chose qu’on n’a jamais compris. Votre enfant ne comprend pas une notion? Il ne doit jamais hésiter à faire répéter son professeur ou à poser une question à un copain de classe.
  3. Débrancher tout
    Si votre enfant a l’habitude d’étudier en regardant la télévision, en écoutant de la musique ou en clavardant avec des amis, c’est normal qu’il éprouve de la difficulté à enregistrer l’information pertinente. Le cerveau ne peut pas trier ce qui est important de ce qui ne l’est pas. C’est pourquoi se concentrer sur une seule tâche à la fois est essentiel.
  4. Utiliser des stratégies mnémotechniques
    Qu’est-ce que c’est au juste, les stratégies mnémotechniques? Il s’agit d’une méthode qui permet de mémoriser par association d’idées. Voici quelques exemples:
    • L’acronyme : Mon Vieux Tu M’as Jeté Sur Un Navire. Cette phrase permet de se rappeler l’ordre des planètes dans le système solaire. Mercure, Vénus, Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune;
    • Le mot crochet : consiste à associer un mot difficile à un mot que nous connaissons très bien et qui devient le mot crochet. Par exemple, pour me souvenir que le mot « hôpital » ne prend pas de «e» à la fin, je pense au mot métal. J’accroche les deux mots par une image mentale et une phrase: « La porte de l’hôpital est en métal. »;
    • L’image mentale : Elle permet de faire des liens entre les éléments d’information en les organisant autour de quelques idées principales. Par exemple, je veux regrouper des renseignements sur les Algonquins. Après avoir regroupé des idées, j’imagine une histoire à partir d’un tipi, d’un chef, d’hommes qui vont à la chasse, de femmes qui font la cueillette de fruits et d’un canot d’écorce. Je peux aussi faire un dessin;
    • La création d’histoire : Un balai prend un seul « l », car il n’y a qu’un manche. Un ballet prend deux « l », car il faut être deux pour danser;
    • L’invention d’histoire : « Mais où est donc Carnior? ». Un classique pour retenir les conjonctions de coordination : mais, ou, et, donc, car, ni et or.
  5. Varier les méthodes d’apprentissage
    Pour rendre l’exercice plus agréable, on peut varier les méthodes:
    • Créer des cartons Question/Réponse et demander à quelqu’un de nous poser les questions;
    • Expliquez ses notes à quelqu’un;
    • Lire ses notes de cours à haute voix;
    • Lire un roman ou écouter un film sur le sujet;
    • Répéter, répéter et répéter! Pour retenir certaines notions, il faut parfois des dizaines, voire des centaines, de répétitions;
    • Transcrire ses notes.
  6. Donner du repos au cerveau
    Alternez périodes d’apprentissage et périodes de repos. Reposer son cerveau lui permet d’emmagasiner l’information dans la mémoire à long terme. C’est pourquoi il est préférable d’étudier plusieurs fois la même matière plutôt que d’étudier pendant une très longue période, la veille de l’examen par exemple. En résumé, plusieurs périodes d’étude de 30 minutes donnent de meilleurs résultats qu’une seule longue période. De plus, le sommeil permet à la mémoire de fonctionner comme il faut.

On retient généralement 10 % de ce qu'on lit, 20 % de ce qu'on entend, 50 % de ce qu'on voit et entend en même temps, et enfin, 80 % de ce qu’on est capable d’expliquer à un tiers et 90 % de ce qu’on écrit, dessine ou fabrique soi-même!

Sources: