Il était une fois l’école…

Credit: colonnade club
10 novembre 2017, par Granny Smith Éducation

Novembre, c’est le mois de la pédagogie. Qui dit pédagogie, dit enseignement. Découvrez comment a commencé le système éducatif.

L'enseignement existe depuis longtemps, mais au départ seuls certains enfants privilégiés y avaient accès. Très peu de gens savaient lire et écrire durant le Moyen-âge et l'Ancien Régime. Cette connaissance appartenait principalement aux hommes d'Église. Il n'y avait pas d'établissement scolaire à ce moment-là et les enfants se rendaient directement dans les églises pour apprendre. Pendant de nombreuses années, l'école est donc restée sous le contrôle de l'Église et de la Monarchie. Peu à peu des lois furent votées pour la rendre accessible à un plus grand nombre.

Mais qui a eu cette idée folle, un jour d’inventer l’école?

Voici un petit aperçu de l'école d'autrefois en France et au Canada:

  • En France :
    1. L'Église, au Moyen Âge, joue un rôle primordial, rôle qui va perdurer pendant un millénaire.
    2. En 1684, Jean Baptiste de la Salle réussit à développer un important réseau d’écoles primaires chrétiennes.
    3. L’éducation primaire passe sous la responsabilité de l’état : tous les enfants y sont inscrits, même les filles. La laïcité est formulée avec force par Condorcet mais l’État n’ose pas imposer l’obligation scolaire. Sous le Consulat et l’Empire, c’est le renouveau des écoles privées et le déclin des écoles publiques. L’instruction religieuse est renforcée et c’est le début d’une guerre scolaire qui va durer deux siècles…
    4. En 1882, une loi très importante a été adoptée en France grâce à Jules Ferry. Elle a rendu l’instruction obligatoire pour tous les enfants âgés de 6 à 13 ans. L’école sera laïque et gratuite.
    5. Les lois de 1904 suppriment l’enseignement confessionnel et en décembre 1905 est officialisée la séparation de l’Église et de l’État.
    6. L'entre-deux-guerres (1919 – 1939) est marqué par l'essor de l'enseignement technique. Le secondaire, devenu gratuit en 1933, redevient payant, les écoles normales sont supprimées.
    7. As-tu envie de savoir depuis quand les enfants sont obligés d’apprendre des tas de leçons et de faire des tonnes d’exercices? Rendez-vous dans la classe de mademoiselle Plusqueparfait!

  • Au Canada
  • Credit: www.alloprof.qc.ca
    1. Au début en Nouvelle-France, c’est la famille qui s’occupe de l’éducation religieuse et, dans certains cas, de l’apprentissage de la lecture et de l’écriture.
    2. En 1635, la première école élémentaire est instituée à Québec par les Jésuites.
    3. Parallèlement à l'œuvre des disciples de la Compagnie de Jésus, les religieuses ursulines mettent sur pied à Québec en 1639, une institution d'enseignement destinée aux jeunes filles.
    4. En 1658, à Ville-Marie (Montréal), Marguerite Bourgeoys accueille ses premiers écoliers dans une étable!
    5. On inaugure en 1655 à Québec le collège des Jésuites, destiné uniquement aux garçons, qui est une école secondaire où l'on y dispense le cours classique.
    6. Au cours des années 1660, monseigneur de Laval, fonde le Séminaire de Québec.
    7. Dans les décennies qui ont suivi, pas moins d'une trentaine de petites écoles sont ouvertes, sous la bienveillance de communautés religieuses qui venaient en Nouvelle-France prêcher la bonne nouvelle. Dans ces petites écoles, les programmes d'études sont plutôt dépouillés. Généralement, les instituteurs se contentent d'inculquer aux écoliers des rudiments d'arithmétique, de lecture et d'écriture sans plus. Les leçons de religion occupent une partie importante de l'horaire quotidien de ces élèves. Pour la plupart des enfants, la petite école est la phase terminale de leurs études.
    8. À Montréal en 1694, les frères Charon fondèrent des institutions de niveau primaire. Ces maisons étaient des institutions prédestinées pour ceux qui désiraient acquérir des connaissances en sculpture, en menuiserie, en maçonnerie, en cordonnerie ou dans d'autres emplois manuels.
    9. Vers 1780, on assiste à l’apparition d’écoles anglophones et protestantes.
    10. Ce n’est qu’en 1790 qu’un deuxième établissement offrira, à Montréal, un cours secondaire complet. En 1798, un premier établissement secondaire anglophone vient s’ajouter aux deux établissements francophones de niveau secondaire qui existaient déjà.
    11. En 1872, les niveaux scolaires seront définis pour la première fois avec une certaine précision dans le Rapport du ministre de l’Instruction publique pour 1872-1873 et il faut attendre 1956 pour qu’une distinction nette soit établie entre le primaire et le secondaire.

Dans la classe autrefois…


  • Les élèves se rendaient à pied à l’école car il n’avait pas d’autobus scolaire!
  • Credit: wwww.grandfilon.net
  • La salle de classe était souvent dans l’église. Sinon, c’était une salle construite par la communauté qui servait aussi de lieu pour les activités, réunions, danses et rencontres sociales organisées par la collectivité.
  • La salle de classe était froide en hiver. Elle était chauffée par un poêle à bois et l’institutrice avait la responsabilité d’entretenir le feu.
  • Quand les écoliers se tenaient bien et qu'’ils étaient sages, ils étaient récompensés par des diplômes, des images et des livres. À l’inverse, quand ils avaient une mauvaise conduite, ils étaient obligés de porter un bonnet d'âne, de recopier des textes ou encore d’aller au piquet!
  • La scolarisation et la religion étaient intimement liées.
  • Le livre de lecture occupait la place la plus importante parmi les premiers manuels scolaires.
  • La toilette était à l’extérieur…Brrrrr!

Quelques personnages historiques importants


  • Charlemagne (742 – 814) : contrairement à la croyance populaire qui voudrait que Charlemagne ait inventé l’école, dès la plus haute antiquité. C’est lui qui a donné à l’école toute son importance en mettant ensemble les enfants des nobles et les enfants des pauvres destinés à l’étude et à l’église.
  • Marguerite Bourgeoys (1620 – 1700) : elle est la première enseignante en Nouvelle-France (Ville-Marie) et la fondatrice de la Congrégation de Notre-Dame de Montréal. Elle crée la première école ménagère au pays.
  • Jean-Baptiste de La Salle (1651 – 1719) : il a consacré sa vie à éduquer les enfants pauvres. Il est le fondateur de l’institut des Frères des Écoles chrétiennes.
  • Jules Ferry (1832 – 1893) : il est surnommé « Le père fondateur de l'école ». Le 28 mars 1882, une loi très importante a été adoptée en France grâce à Jules Ferry. Elle a rendu l’instruction obligatoire pour tous les enfants âgés de 6 à 13 ans. L’école sera laïque et gratuite.
diocesemontreal.org

Saviez-vous que…


  • Tire Sainte-Catherine : l'origine de cette friandise serait une invention de Marguerite Bourgeoys, première enseignante en Nouvelle-France. Fait légendaire ou historique, on raconte qu'elle en aurait fabriqué pour attirer les enfants à son école, surtout les petites «sauvagesses».
  • Les trains-écoles : à partir de 1920 jusqu'au début des années 1960, les enfants qui vivent dans les régions éloignées du nord de l'Ontario vont dans une école très spéciale. Leur école se rend chez eux une fois par mois environ et y reste chaque fois une semaine. L'école se trouve dans une voiture tirée par une locomotive. La moitié de la voiture sert de maison à l'enseignant, l'autre moitié constitue la classe.
www.collectionscanada.gc.ca

Pour les enseignantes et enseignants


Bien que les écoles d'aujourd'hui soient très différentes des premières écoles à classe unique, une des périodes du calendrier scolaire demeurait alors, comme aujourd'hui, tout aussi populaire chez les enfants : celle des vacances d'été!

Sources: